Le refuge, premier pas vers l’éveil (II)

2017/09/28

Nous sommes tous réunis ici pour la prise de refuge, il y a assurément une raison à cela. Les assemblées vont se réorienter. Comment ? Eh bien, tout d'abord en réorientant nos conceptions, nos idées. C'est la question primordiale. Désormais, l'assimilation des enseignements s'améliorera avec la formation, un à un, de groupes restreints où s'apporter une assistance et un profit mutuels en interagissant. Parallèlement, des personnes seront spécifiquement affectées au travail pédagogique, ainsi qu'à la mise en place du Département des Études et du Département de l'Instruction. C'est dans ce cadre que vous arriverez à cultiver la vision juste, à acquérir la connaissance juste et à pratiquer la juste religion ; c'est comme cela que vous pourrez mieux appréhender le Dharma et mieux le propager pour mieux servir le pays, le peuple, la religion bouddhiste et tant vous-même qu'autrui. En faisant le choix d'entrer dans les ordres, les moines sont censés assumer les responsabilités et les missions qui leur sont assignées. Pour les adeptes, la prise de refuge est également une affaire conséquente. Le refuge une fois pris, impossible de faire les choses à moitié ou de traiter sa vie à la légère, car ce serait, sinon, un formidable gaspillage, une énorme perte. Il importe donc de saisir clairement quel sens revêt au fond le rituel en question, de voir quels avantages réserve cette démarche pour notre vie et comment faire pour en profiter. C'est essentiel. Le chemin vers l'éveil est très long. En effet, même si nous avons là un point de départ, nonobstant le fait que nous pourrions compter déjà plusieurs années de pratique, le périple reste, il est vrai, encore fort long à parcourir.

WeChat Longquan International

Χ