La ferme « Cœur de la terre »

2017/09/27


En 2011, lors l’Assemblé du Dharma du « 19/02 », sous la direction du Vénérable Maître Xuecheng, le temple Longquan a créé sa propre ferme biologique, baptisée « Cœur de la terre », signifiant que la terre a son cœur et sa vie, il faut que nous y cultivions avec notre cœur.


La ferme occupe 40 hectares, comporte plus d’une dizaine de plantes médicinales chinoises,  plus de 1000 châtaigniers, le jardin des pivoines, le jardin des pivoines herbacées, le jardin des roses de Chine, le jardin des herbes, ainsi que plus d’une dizaine d’arbres fruitiers comme le jujubier, le pêcher, le cerisier, le plaqueminier, l’aubépine, le noyer, etc. L’utilisation d’engrais de synthèse et de pesticide est exclue. En substitution, est utilisé de l’engrais naturel provenant de la bouse de vache, des cendres de bois et du compost des déchets de la cuisine. Les liens étroits entre la biologie, la nature, l’humain et l’animal étant reconnus, pour préserver les petites créatures de la ferme, mais aussi garantir la récolte, la ferme a réservé une parcelle pour nourrir les insectes, « la zone de buffet pour les insectes ». En partageant les fruits même avec les autres êtres, l’esprit de la non-discrimination et de la compassion bouddhiste se développent en soi.

L’objectif de la ferme « Cœur de la terre » n’est pas basé que sur la récolte, mais est plutôt d’être une plateforme de pratique du Dharma pour les moines et les adeptes et est un champ d’expérimentation pour le concept proposé par le Vénérable Maître Xuecheng « l’agriculture biologique, la vie saine sans pollution, la protection de l’environnement ».


Le travail agricole est également une pratique du Dharma. Le bouddhisme chinois a cette tradition d’accorder la même importance au travail agricole et à la pratique bouddhiste. Comme dit le proverbe : Un jour sans travail agricole, un jour sans manger. Le Vénérable Maître Hongyi a également donné le précepte : Prendre la mesure des bienfaits dont nous jouissons, pratiquer et travailler ». Le labeur à la ferme peut pour les moines cultiver l’esprit de gagner sa vie à la sueur de leur front. Les gens modernes, spécialement les citadins sont de plus en plus éloignés de la nature. Le travail à la ferme peut rapprocher les gens de la terre. Pendant les week-ends ou les assemblées du Dharma, de plus en plus de bénévoles, amateur du bouddhisme, ainsi que des travailleurs de la ville viennent à la ferme « Cœur de la terre » pour y expérimenter la vie agricole. En interaction avec les collègues dans la ferme, accompagnés des plantes, des insectes, les participants cultivent l’amour pour la nature, redonne de la valeur à la nourriture, apprennent et réalisent la sagesse et la compassion du Bouddha, afin d’améliorer leur vie spirituelle.

WeChat Longquan International

Χ