Résoudre les problèmes en s’appuyant sur les Trois Joyaux

2017/09/27

On vient au temple pour résoudre les problèmes insolubles qui nous affligent depuis si longtemps au fond de nous, pour découvrir les causes de la souffrance en notre tréfonds. On veut trouver ces causes, on veut résoudre les problèmes que l'on n'arrive pas à tirer au clair et qui nous perturbent là au-dedans. Alors pourquoi ne sait-on rien sur ces émotions qui nous perturbent ?


Ce que l'on apprend ici-bas est la loi mondaine, qui répond aux principes profanes, alors que le Dharma englobe la loi mondaine et la loi supra mondaine. La loi mondaine pour employer un terme bouddhique, c'est la « vérité relative », ou « vulgaire », par opposition à la loi supra mondaine appelée, elle, « vérité ultime », ou « absolue ». Comment arriver à éprouver intérieurement cette « vérité absolue » à partir de cette « vérité vulgaire » ? C'est l'objectif que visent nos efforts, c'est dans cette direction qu'ils s'orientent.


On a tous un corps « humain », difficile en soi à obtenir au cours du cycle des transmigrations, mais qui n'est pas en tant que tel fautif. Fautives, elles, sont nos actions que commandent nos émotions. Comment résoudre ce problème des émotions, créatrices de mauvais karma que ce soit par le corps, la parole ou l'esprit ? Eh bien, c'est très important, il faut s'appuyer sur les Trois Joyaux.



Le fait qu'aujourd'hui l'on puisse étudier le Dharma ou entrer dans les ordres, est lié au Bouddha Sàkyamuni. Entrer dans les ordres a pour but d'assimiler la Parole du Bouddha proférée par le prince Siddharta après avoir connu l'éveil à la suite d'éons de pratique. Comme les bonzes, vous, laïcs qui n'avez pas quitté les vôtres, vous venez au temple pour assimiler cette Parole, et, à cet effet, prendre refuge et recevoir les préceptes à l'image des maîtres ordonnés. Le refuge est identique pour les uns comme pour les autres : les Trois Joyaux. Les préceptes et les règles, eux, diffèrent, plus nombreux, plus sévères, pour les bonzes ; plus simples, plus souples pour les laïcs non-ordonnés. Sans prendre refuge ni recevoir les préceptes, on ne saurait pénétrer les Enseignements et s'en saisir. C'est là un critère très important. C'est là une importante limite.


Une fois pris refuge dans les Trois Joyaux, une fois à l'abri en eux, il nous faut donc conduire notre vie, diriger notre travail, en fonction de leurs exigences, en s'appuyant sur les Enseignements propres au Dharma avec lequel on accordera au mieux les mouvements de notre pensée, notre défilement mental. Réfléchir selon le Dharma, appréhender nos problèmes en raison du Dharma, parler en fonction du Dharma, marcher avec le Dharma pour bâton, agir avec le Dharma comme boussole. En d'autres mots, ouvre-t-on la bouche pour s'exprimer que l'on doit songer à la juste manière de le faire selon le Dharma. Va-t-on à agir que l'on doit se demander si ce que l'on s'apprête à faire est contraire au Dharma. Met-on un pied devant l'autre, que l'on doit se demander avant de recommencer si l'on a marché sur une fourmi, quelque insecte ou infime bestiole. Et, se demandera-t-on, ma destination est-elle convenable, est-elle propice tant à mon corps qu'à mon esprit... Voilà ce à quoi il nous faut réfléchir.

WeChat Longquan International

Χ