Inimaginables sont les mérites propres à la réception des préceptes

2017/09/27

Très grands sont les mérites attachés aux huit ou cinq vœux principaux voire aux vœux du bodhisattva propres aux laïcs ; très grandes leur portée et leur rétribution. Quelle en est donc la raison ? La raison en est qu'une fois pris les vœux en question, chaque bonne action relève des Trois Joyaux et de toute la multitude des êtres, une même action vertueuse n'ayant pas la même résonance aux yeux de la Règle profane et de la Règle bouddhique : pour la première, la portée d'un acte se limite à cet acte en lui-même, tandis que, pour la seconde, cette portée est franchement différente, son implication étant bien plus vaste.


En guise d'exemple, c'est comme si tu offrais un dessin de ta facture à quelque vulgus pecum qui, incapable d'en apprécier la valeur, irait le jeter à la poubelle ne sachant quoi en faire. Par contre, si tu l'offrais au président de la République, l'effet ne serait pas le même. Même dessein, certes, mais pas même tableau ! La portée et l'implication d'un même acte diffèrent, sachant que faire un cadeau au premier magistrat d'un État représentant tout un peuple - comme en Chine, par exemple, plus d'un milliard de citoyens - comporte bien plus de mérites.



C'est encore pire dans la Terre des Trois Joyaux : ce que tu fais, tes actes, tes actions, partent du plus profond de toi-même. Ce que tu vas faire a pour fin d'accumuler mérites et sagesse. C'est pour cela que tu agis - à la différence du monde séculier.


Entreprendre dans le monde séculier, comme occuper une profession, a pour but de gagner ta vie et d'améliorer ta condition ainsi que celle de ta famille. Si tu t'y prends bien, tu gravis les échelons et tu peux même créer ta propre activité. Cette entreprise qui t'est propre illustre tes capacités, tes compétences, ton habileté, ton potentiel. C'est tout. Au fond, que cela contribue au bien d'autrui, à la société, ou bien leur nuise, on aurait grand mal à le dire, ce n'est pas clair. Dans le bouddhisme, c'est différent : le Dharma doit d'un côté nous conduire à exploiter au mieux nos énergies latentes, et, en même temps, pouvoir faire notre bien comme celui de tous, tout en nous permettant, à nous comme à tous les autres, de connaître joie et bonheur, ici et maintenant comme en un avenir proche voire plus lointain. Origine et destination de nos actions sont de la sorte tout à fait différentes.

WeChat Longquan International

Χ