Construction collective de la nouvelle civilisation du futur pour l’humanité (Fin)

2017/10/16



Construction collective de la nouvelle civilisation du futur pour l’humanité

Discours prononcé à la Conférence Internationale de la Paix au siège de l’UNESCO, à Paris, France, le 26 septembre 2017


3. Un monde durablement pacifique où règnent l’harmonie et la Voie du milieu

Les pensées de la Voie du milieu et la nature de Bouddha (tathagatagarbha) sont une source d’inspiration de sagesse pour reconstruire le monde de l’humanité et atteindre la transcendance mentale pour tous les êtres humains.


La Voie du milieu décrit la caractéristique de la vérité consistant en la coproduction conditionnée et la vacuité de la nature propre. Selon le bouddhisme, tous les phénomènes, tant l’univers que les activités vitales d’un être individuel, sont tous le résultat de la coproduction conditionnée dépourvue de la nature propre, et ils ne sont que vacuité. Du fait de cette caractéristique de la coproduction conditionnée et la vacuité de nature propre, l’aspect intrinsèque de la vérité se traduit également par la Voie du milieu, soit les « huit négations » déclarés par Nāgārjuna : sans naissance et sans extinction, sans dualité et sans cessation, sans identité et sans altérité, sans venue et sans allée. Par ces « huit négations », le bouddha explique que l’existence intrinsèque, bien qu’elle ne soit équivalente à aucun phénomène de naissance, d’extinction, de dualité, de cessation, d’identité ou d’altérité, réside cependant dans ces différents phénomènes conditionnellement reproduits. Cela veut dire que la Voie du milieu est la double maîtrise de la vacuité de la nature propre et de l’existence réelle provoquée par la coproduction conditionnée, et que le monde de la vérité et le monde des phénomènes, tout comme le monde transcendant et le monde séculier, sont deux côtés coexistants et indivisibles d’un même ensemble.


La nature de bouddha est le potentiel d’éveil parfait résidant en tout être humain sensible. Elle est la lumière qui illumine notre esprit et le trésor de notre vie. L’ « existence intrinsèque de la Voie du milieu » se traduise par le monde extérieur crée par la coproduction conditionnée dépourvue de nature propre et le monde intérieur doté de la « nature de bouddha moyen » qui harmonise toutes les différences et qui dépasse toutes espèces d’oppositions. Si l’humanité prend la « nature de bouddha moyen » comme point de départ au lieu des désirs, elle aura suffisamment de sagesse pour maîtriser le monde spirituel et le monde matériel : elle ne deviendra pas l’esclave des substances matérielles, ni ne sacrifiera plus la nature humaine aux dogmes spirituels.


La sagesse de la Voie du milieu est capable d’aider l’humanité à harmoniser le monde transcendant et le monde séculier, concilier la nature de bouddha et la nature humaine, unifier la nature ultime d’être avec la vie présente, former un nouveau modèle de civilisation et construire une base culturelle solide pour un monde durablement pacifique.


a. L’harmonie entre le monde transcendant et le monde séculier

Du point de vue du bouddhisme, l’opposition et la séparation du monde transcendant avec le monde séculier est le constat de dualité entre la vérité absolue et la vérité relative. Tant que cette opposition existe, de nouvelles souffrances et entraves ne cesseront jamais de surgir, que ce soit dans le monde transcendant ou dans le monde séculier.


Dans le monde où règne la Voie du milieu, la vérité absolue et la vérité relative sont en relation harmonieuse. Dans le Traité du Milieu, Nāgārjuna a dit : « C'est en prenant appui sur deux vérités que les Bouddha enseignent la Loi, d'une part une vérité conventionnelle et mondaine, d'autre part la vérité de sens ultime. Ceux qui ne discernent pas la ligne de partage entre ces deux vérités, ceux-là ne discernent pas la réalité profonde qui est dans la doctrine des Bouddha ». La vérité conventionnelle et mondaine est la vérité relative, et la vérité de sens ultime est la vérité absolue. Cela veut dire que le monde de la vérité se repose sur le monde séculair. Nāgārjuna a également déclaré: « C'est la coproduction conditionnée que nous entendons sous le nom de vacuité. C'est là une désignation métaphorique, ce n'est rien d'autre que la voie du milieu ». A travers les réalités de la vacuité, de l’illusion et de la Voie du milieu, soit les Trois Vérités, le Bouddha explique que le monde conditionnellement coproduit est lui-même une « existence intrinsèque de la Voie du milieu ».


Le bouddhisme chinois accorde à la doctrine de la Voie du milieu d’avantage de sens vers l’harmonie et la transcendance mentale : la « triple contemplation de la vacuité, de l’illusion et de la Voie du milieu » et l’« harmonie des trois réalités » préconisées par l’école Tiantai permettent d’intégrer sans contradiction la laïcité et la transcendance chez les êtres humains; La « Simple et directe appréhension du phénomène » inventée par l’école Huayan explique qu’une vision plus large du monde de la vérité et du monde réel fait partie d’un même ensemble dépourvu de barrière et de frontière. D’après l’école Chan, « la vraie nature de bouddha réside dans le monde intérieur de chaque être », ce qui signifie que le monde de la vérité est contenu dans l’esprit de chacun et que seul l’éveil du monde intérieur puisse donner accès à la découverte de la vérité.


Cette vision de la vérité et du monde, basée sur l’« interpendance entre la vérité absolue et la vérité relative », encourage l’homme à obtenir la transcendance mentale dans la vie mondaine au lieu de renoncer à cette vie, et à chercher la transcendance dans son monde intérieure au lieu de faire recours à la rédemption du monde extérieur. C’est le « double salut » du monde divin et du monde séculier.  


b. L’harmonie entre la nature de bouddha et la nature humaine, l’unification de l’ultime avec le présent.

Dans les temps modernes, la culture occidentale a éveillé la force humaine et la subjectivité de l’être humain. De ce fait, elle n’a pas tenu compte de la transcendance de la vie, la force de l’être humain a finalement tendance à être imprévisible, et déborder de confiance en soi.  Les crises modernes et le manque de paix y trouvent leur racine à l’échelle mondiale. En revanche, le bouddhisme est capable d’ intégrer la nature de l’existence et le contexte présent de la vie, d’harmoniser la pleine consicence du soi et le « «non-soi » absolu, d’unifer la nature de bouddha divine et la nature humaine la plus ordinaire, et, par ces approches-là, de rechercher et de réaliser par la pratique de la vérité absolue, une activité spirituelle et quotidienne des êtres humains : illuminer la nature de bouddha dans son propre monde intérieur et se baser sur la réalité pour devenir bouddha.


Dans le Vijñāptimātratāsiddhi, la croyance est expliquée ainsi : « Qu’est ce que la croyance ? Cela signifie que la croyance du bouddhisme consiste en trois parties : croire que les enseignements du Bouddha sont les vérités absolues, croire que les mérites du Bouddha et des Trois Joyaux sont véridiques et croire que, par soi-même, l’être humain est capable de témoigner la vérité et d’acquérir les mêmes mérites que le Bouddha. La confiance en soi d’un bouddhiste n’est pas de croire en eux-mêmes, mais d’avoir confiance sur le fait qu’ils peuvent devenir bouddha à leur tour, c’est-à-dire, parvenir à atteindre l’éveil le plus parfait de la vie. Cette confiance en soi est basée sur la compréhension profonde et la reconnaissance de la nature de bouddha qui réside de même dans la nature humaine la plus ordinaire.


Maître Sagesse ( Zhiyi ) de l’école Tiantai a dit : « Tous les Dharma sont issues du monde intérieur, qui est lui-même le grand véhicule et la nature de bouddha. » Maître Huineng, sixième patriarche de l’école Chan a indiqué : « La nature propre de l’éveil est calme dès l’origine et il suffit de chercher cet éveil pour devenir bouddha. » « Pour ceux qui ne sont pas éveillés, le boudda représente tous êtres sensibles. Quand on s’éveille soudain, on comprend que tous les Dharma résident dèjà dans son monde intérieur. Pourquoi ne pas rechercher la nature originelle de la réalité dans son monde intérieur? » Le bouddhisme chinois fait appel au monde intérieur pour constater toutes sortes de vérités ultimes, qui sont exprimées comme « la nature de bouddha », « la nature propre de l’éveil », « la nature originelle de la réalité », etc.. La possibilité de devenir bouddha dans le futur devient ainsi la fatalité de devenir bouddha à l’heure présente et l’objectivité de la vérité est convertie ainsi en subjectivité de la vie. L’école Chan, quant à elle, fusionne le monde transcendant et le monde séculier, ainsi l’objet sacré et le mortel, d’une manière sans précédant. Elle permet de poursuivre le sens ultime de l’existence tout au long de la vie laïque. L’espoir de l’humanité n’a jamais été aussi proche de la réalité de son salut.


4. Nouvelle Civilisation, Nouveau Monde, Nouvelle Paix

Le monde moderne, en constant développement du capital, du matérialisme et de la technologie, tourne à une grande vitesse, tandis que la civilistion humaine apparemment prospère est imparfaite et confrontée aux crises successives. La paix mondiale est face à un futur inquiétant lié à la croissance de l’inégalité à l’échelle mondiale. Les hommes clairvoyants, tant à l’Ouest qu’à l’Est, commencent à porter un regard rétrospectif sur l’histoire du monde oriental à la recherche des anciennes sagesses.


La sagesse du bouddhisme nous donne une piste toute nouvelle pour réviser la civilisation moderne et reconstruire la nouvelle civilisation de l’humanité. Cette nouvelle civilisation du futur sera une civilisation intégrée, qui contiendra la coordination du corp et de l’âme, l’harmonie de l’humanité avec la nature, l’unification du matériel avec la spiritualité et la connexion de l’orient et l’occident. Elle sera une nouvelle civilisation dont le développement et la progression auront pour objectif d’apporter la perfection et l’amélioration de la vie humaine. Elle sera une « une civilisation de cœur » dont les valeurs clés seront basées sur le bonheur du monde intérieur et l’illumination spirituelle de l’humanité. Elle sera une civilisation ouverte, indulgente, égale et écologique, qui démontre l’illimité du temps et de l’espace, l’entente entre tous les êtres humains, l’égalité entre soi-même et autrui et l’harmonie entre l’homme et son environnement.


Seule cette nouvelle civilisation peut créer un nouveau monde. Seul ce nouveau monde puisse-t-il donner naissance à une nouvelle paix, qui apportera à tous les êtres un développement complet, égal, sain et durable.


Merci !


WeChat Longquan International

Χ