La bonté coûte-t-elle chère ?

2017/09/27

Q : Bonjour, Vénérable maître Xuecheng ! J’ai une question à vous poser : j’ai un caractère facile et je trouve que les autres surprennent toujours ma bonne foi. Que faut-il que je fasse alors ?

R : Vaut-il pas mieux de se laisser surprendre la bonne foi par les autres que de surpendre la bonne foi des autres? C’est encore mieux de parler peu et faire beaucoup.


Q : Bonjour, Maître! Une question m’obsède toujours : en tant qu’une personne indulgente, je mets toujours en avance les biens des autres et je pardonne toujours ceux qui me blessent. En revanche, on me blesse encore plus fort. Est-ce que c’est parce que je suis trop indulgent ?

R : Persistez dans la bonté. La cause de la bonté ne produira que le bon effet.


Q : Pourquoi on dit que « ce qui se fait brebis, le loup le mange » ? Devrait la bonté avoir ses limites ?Pourquoi les gens réclament sans cesse aux hommes bons ?                                       

R: La brebis pourrait être chassée par le loup mais jamais par le dieu. La bonté ne signifie pas la faiblesse mais le choix le plus sage basé sur une vision de temps et d’espace à long terme. Il ne faut pas être coincé par le vrai et le faut du présent, ni par les gains et les pertes devant les yeux.



Q : Je sens que la bonté me rend un peu faible , cher maître !            

R : La vraie bonté est une force. Elle n’est point la faiblesse feinte.


Q : On dit que c’est aux méchants de tourmenter les méchants. Par contre, les gens, même s’ils ne sont pas des méchants, tourmentent souvent les hommes bons. On dirait que les hommes bons sont les plus malheureux.

R : Seulement après avoir être polis que les diamants éclatent des rayons brillants. C`est le même raisonnement à l’égard de la bonté. Les tourments suscités de l’extérieur ne sont pas la souffrance mais la voie incontournable menant à une vie vénérable.


Q : Bonjour, Maître! Je suis quelqu’un honnête et je pense aux biens des autres. Je rends services aux autres et je leur apporte du plaisir. Par contre, cela m’embête de temps en temps que ce que je fais pour les autres gêne la réalisation de mes propres objectifs et des attentes de mes parents. Est ce que je devrais me concentrer tout à bord sur mon propre éveil avant de faire des bonnes affinités de tous les côtés ? Je vous remercie en avance pour votre conseil.

R : Tant que vous insistez sur les bonne actions, les mérites et la joie vous accompagneront naturellement.



Q : J’ai voulu aider mon ami de bonne foi. Par contre celui-ci m’a critiqué de me considérer comme un sauveur d'en haut. Cela m’intrigue et me fait mal au cœur, et je mets en doute ma vision de relationnes avec les amis. Merci de me donner des conseils.

R : Persistez dans la bonté. Ce qui compte dans les actions, c’est la motivation. Par contre, en tirant des lessons dans vos relations avec les autres, vous pourriez rendre votre compassion et votre sagesse parfaitement harmonieuses.  


Q : De temps en temps j’ai beaucoup des remords. D’un autre côté, je sens que ma dignité est voilée. Est ce qu’il vaut mieux agir d’une façon imposante dans la vie ? Pourquoi on finit toujours par être blessé par sa sincérité vers les autres ?

R : Respecter les autres est également le respect du soi. Restez sincère avec les autres. Persistez dans la bonté.


Q : Pourriez vous me dire comment faire face au cas d’avoir de mauvais résultats bien que les intentions soient tout bonnes ? Que le Bouddha nous préserve !

R : Rien n’est parfait dans la vie. Ce qui compte avant tout, c’est la bonne motivation. Nous devrions comprendre à l'égard des autres et porter de l'intérêt aux autres. Tout le monde fait des erreurs. Il faut penser à la place de l’autrui. Traitez les gens de la même manière que vous souhaitez d’être traités. En plus, rien n’est absolu. Il est possible de trouver des idées pour transmettre le mauvais résultat à une bonne chose.

WeChat Longquan International

Χ